Chroniques de Tchernobyl

PUTAIN QUE C’ÉTAIT POURRI !

Je vous annonce la couleur tout de suite (ici, un bon marron bien dégoulinant, bref, de la bonne chiasse), ce film est nul.

On va tous mûûûûûûriiiiiiir !

Histoire

Six trous du cul vont visiter Pripyat avec un guide plutôt con qui ignore les mises en garde. Ces six trous du cul sont américains. Cette précision n’apporte pas grand chose à l’histoire, si ce n’est qu’elle montre que les américains sont vraiment des débiles. Bref, ils visitent la ville désertée par la catastrophe de Tchernobyl. Suite à une prouesse scénaristique, une grosse couille les empêche de repartir de la ville et ils découvrent que… Attention les vélos : ILS NE SONT PAS SEULS !

Mon avis trèèèèès objectif que vous devriez suivre si toutefois vous pensez que ce film peut être un chef-d’œuvre

Encore du found footage au début du film, que j’en ai marre d’en bouffer à toutes les sauces. Mais le scénariste aime bien ça. En effet, le monsieur qui a fait cette erreur s’appelle Oren (putain) Peli, le papa des nombreux et mauvais Paranormal Activity.
Dieu que je suis mauvaise, mais allez, j’explique les faits : on voit que dalle, les acteurs jouent comme des brelles, les personnages sont cons (mais vraiment cons je veux dire).
D’ailleurs, les dialogues sont plats, c’est d’une nullité sans précédent.
On voit que dalle je dis ? Oui oui, on voit que dalle, à chaque fois, on nous laisse croire qu’on verra enfin ce qui effraie les personnages, mais même pas, la caméra tourne à chaque fois, frustrant.
Un autre truc qui me frustre dans ce genre de film, c’est qu’aucune explication ne nous soit donnée. Et ça, ça me fout vraiment les boules. Du coup, le scénario se base sur de la merde.
La fin quant à elle est stupide. Elle l’est dans le sens où elle se calque sur de nombreux films du style La colline a des yeux. Mais je ne peux pas en dire plus pour ne pas spoiler.

Bref, encore un film à la Hostel qui nous fait dire « putain, l’Europe de l’Est, ça craint ». Et c’est bien dommage. Personnellement, je rêve d’aller à Pripyat, et j’irai, mais pas pour les mêmes raisons que les personnages du film…

Hey tu bosserais pas pour L’Oréal chérie ?

Je ne comprends pas du tout l’encensement des critiques pour ce film, j’avais lu de la tension, de la peur, de la menace… La seule peur que j’ai eue, c’est que le film ne s’arrête jamais.

Le seul plus sont les décors que je trouve vraiment très bons et qui reconstituent vraiment bien la ville. Pour info, le film a été tourné à Belgrade et à Budapest. Mais c’est vraiment le seul point positif à noter, cette volonté de réalisme. Je vous assure.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s