Joint security area (2000)

Joint security area ou JSA est un film sud-coréen réalisé par Park Chan-wook (trilogie de la vengeance pour ne citer qu’elle) avec Lee Yeong-ae (Lady Vengeance), Lee Byung-Hun (J’ai rencontré le diable, A bittersweet life…) et Song Kang-Ho (Sympathy for Mr. Vengeance, Le bon, la brute et le cinglé…). Bref, un beau petit monde qui se connaît bien. Joint security area a remporté de nombreux prix comme : les prix du meilleur film et meilleur réalisateur aux Blue Dragon Film Awards ou encore les prix du jury, prix du public et prix du meilleur acteur pour Song Kang-ho lors du Festival du film asiatique de Deauville.

L’histoire se passe dans la « zone commune de sécurité » entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. En pleine nuit, dans un poste de garde nord-coréen une fusillade éclate. En effet, deux soldats de l’armée nord-coréenne sont tués par un soldat du Sud. Pour mener l’enquête, tenter d’apaiser cet incident diplomatique et découvrir ce qui s’est passé, le sergent *Sophie E. Jean une suissesse d’origine coréenne. Celle-ci va rencontrer le soldat du Sud, le sergent Lee Soo-yeok et va comprendre que ce qui s’est passé ne relève pas vraiment d’un incident diplomatique mais d’une amitié qui est né entre le nord et le sud…

Park Chan-wook nous apporte un regard objectif sur son pays divisé par une guerre qui n’est plus d’actualité mais dont les restes sont toujours présents, et nous offre ici un film non pas de guerre, mais plutôt un drame sur une amitié entre deux soldats du nord et deux soldats du sud.
En fait, Joint security area est un film oscillant entre satire et désespoir de la situation politique de la Corée. C’est ainsi que l’on nous montre une réconciliation possible entre les deux pays sans pour autant être niais et trop utopique.
Émotion et tragique au rendez-vous.

Car oui, c’est bel et bien une amitié qui se crée dans ce film entre ces quatre soldats, une amitié simple, belle et émouvante. En effet, tous les soirs, ces quatre soldats vont se réunir pour jouer, parler et s’amuser, et ce, même si le contexte politique de leur pays les sépare. Ils se découvrent, découvrent le pays d’en face qu’ils ne connaissent même pas mais à qui ils mènent une guerre incompréhensible et forcée.
Joint security area est construit tel un flashback. En effet, l’agent Sophie E. Jean interroge les soldats et découvre leurs versions en même temps que nous, spectateurs par l’intermédiaire de flashbacks.

Les personnages sont non seulement bien joués (avec des acteurs comme ceux-là, ce n’est pas étonnant cela dit) mais ils sont aussi presque attendrissants. Effectivement, on arrive sans peine à trouver sympathiques ces quatre soldats, qu’ils soient du sud comme du nord. On sourit de leur amitié enfantine, on est attristé par leur destin qui les pousse, malgré tout à se haïr. Une très bonne interprétation nous est livrée ici.
Le scénario tient la route et il fallait le faire ! Tourner un film d’un œil objectif sur une amitié entre nord et sud sans froisser quiconque s’avérait complexe, mais c’est tout à fait réussi.
Une photographie magnifique, des plans somptueux, des scènes sublimes, Joint security area a tout pour plaire.
Le final, quant à lui est grandiose, noir et tragique… Une sorte de marque de Park Chan-wook ?

Bande annonce.
(Malgré cette bande annonce « explosive », seulement quelques minutes sont consacrées aux fusillades et autres boum-boum.)

Je pense avoir tout dit et espère vous avoir donné envie de voir ce film.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s