The Amazing Spider-Man

The Amazing Spider-Man est le reboot de la saga Spider-Man réalisé par Marc Webb.
Le pari était risqué de faire un reboot de cette saga plutôt bonne (mais qui commençait à s’essouffler cependant) avec des acteurs différents et surtout une histoire repartie de zéro.

Alors, est-ce que ça vaut la peine d’aller voir The Amazing Spider-Man ? Moi je dis oui.

Le pitch : le jeune Peter Parker est emmené par ses parents chez son oncle Ben et sa tante May et disparaissent mystérieusement sans donner de nouvelles. Élevé par Ben et May, nous le retrouvons au lycée, en tant que skateur, photographe amateur et surtout, un peu tête de turc de ses gros bras de camarades. Voulant en savoir davantage sur ses parents et leur disparition, il se rend chez Oscorp, ancien lieu de travail de son père et y rencontre le docteur Curt Connors, ancien ami et collègue de son père. Ce fameux docteur travaille sur la régénération cellulaire, dans l’espoir de retrouver son bras (oui il s’avère que le bonhomme n’a plus que son bras gauche). Pressé par des gens de plus haute importante (à savoir ceux qui financent son laboratoire), il se voit dans l’obligation de tester le sérum encore en phase d’essai, et se transforme peu à peu en Lézard.
De son côté, Peter s’étant fait piquer par une étrange araignée, se découvre des dons, il se transforme physiquement et s’entraîne. Il devient peu à peu le justicier de la ville poursuivi par toute une horde de policiers mené par George Stacy, le père de Gwen Stacy, la fille dont Peter est amoureux.

Comme je vous le disais, faire un reboot de la saga était risqué, on abandonne le Peter Parker adulte pour un lycéen. Pas très enviant de prime abord… De prime abord, seulement.
En effet, de gros changements dans le scénario sont à noter, on voit un Peter Parker motivé par l’envie d’en savoir plus sur ses parents, ses relations avec son oncle et sa tante beaucoup plus développées et intéressantes, et surtout, sa transformation bien plus crédible que dans le Spider-Man de Sam Raimi.

Car oui, je trouve ce début de saga bien plus crédible par rapport à l’autre. On voit Peter Parker se heurter à sa double identité : les policiers remettant en doute sa volonté de vouloir faire la justice, on le voit également avoir des problèmes de lycéens : premiers amours, bagarres avec des brutes, moqueries en tout genre…
Et même lors de ses combats, celui-ci ne revient pas tout beau tout propre comme l’autre Spider-Man, oh que non : il se mange des mandales et a des beaux bleus et cocards.
Andrew Garfield, qui interprète notre homme araignée nous en ferait presque oublier ce bon vieux Tobey Maguire. J’ai envie de dire qu’Andrew est limite taillé pour ce rôle, il EST Peter Parker/Spider-Man.
Là où j’ai un avis plus tranché, c’est sur Emma Stone. Celle-ci envoie un coup de pied au cul à Kirsten Dunst et à sa Mary Jane Watson, les envoyant toutes les deux aux oubliettes. Fini la chochotte, potiche et jouvencelle constamment en détresse, place à la Gwen Stacy qui se bat et qui a des ovaires !
Quant aux oncle et tante de Peter, ceux-ci sont davantage préoccupés par Peter et ne sont pas constamment collés à lui en lui faisant des sermons ou en lui sortant des grandes phrases. Ici, Ben et May sont beaucoup plus présents et sympathiques.
Bref, question interprétation, ce reboot envoie pas mal.

L’humour est dans ce début de saga assez présent et c’est assez plaisant. Comparé à ses prédécesseurs, cet opus est drôle mais n’en fait pas des tonnes. Je me souviens d’un ancien Peter Parker qui n’en finissait pas avec ses blagues à la con en parlant à ses ennemis. Là on a quelques doses d’humour avec les méchants, mais c’est surtout lorsqu’il découvre ses pouvoirs et quand il se « venge » avec gentillesse de ses camarades que l’humour est présent. On ne rit pas à gorge déployée, mais on arrive à nous soutirer un sourire.
The Amazing Spider-Man est donc à mi-chemin entre la comédie teenage et du film de super-héros.

Car il ne faut pas l’oublier que l’on est dans un film de super-héros et là non plus, on n’est pas déçus. Effets spéciaux, scènes de castagnes, grimpettes sur les murs et tissages de toile sur des grues… On en prend plein les yeux et c’est un régal. Quant au super-héros, notre Spider-Man, on le voit en constante évolution comme je vous l’ai dit, il commence avec des débuts peu prometteurs pour finir par mettre la pâté au Lézard et à en mettre plein les mirettes aux policiers qui remettent en cause sa légitimité à faire la loi.
Et qui dit super-héros, dit grand méchant. Et là, je dois avouer que le Lézard est un bon méchant, coriace, bien dégueulasse, rongé constamment entre le bien et le mal (à la manière d’un Bouffon Vert).

En conclusion, un vrai scénario, des effets spéciaux de frappadingues, des acteurs vraiment très bons et convaincants, une crédibilité, un reboot très réussi…
Vivement le prochain et merci Marc Webb !

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s