Le Septième Sceau (1956)

Le Septième Sceau (originalement Det Sjunde Inseglet) d’Ingmar Bergman a obtenu de nombreuses critiques positives et notamment le Prix du Jury au Festival de Cannes de 1957 où il fut remarqué et salué.

Synopsis

Ce film conte l’histoire d’un chevalier, Antonius Block (Max von Sydow), tout juste revenu des Croisades avec son écuyer Jöns (Gunnar Björnstrand) qui rencontre la Mort (Bengt Ekerot) sur une plage déserte. Le chevalier demande un sursis à cette dernière en lui proposant une partie d’échecs (inspirée par la peinture d’Albertus Pictor intitulée La Mort jouant aux échecs) espérant ainsi pouvoir repousser son échéance et connaître la vérité sur ses questions métaphysiques : Dieu existe-t-il ? Si oui, qui est-il ? La peste qui ravage le pays est-elle celle racontée dans la Bible, dans le livre de l’Apocalypse ?
Alors que la partie commence à tourner en sa défaveur, le chevalier et son écuyer rencontrent un couple de comédiens, Jof et Mia, et prennent plaisir à goûter à leur insouciance, leur vision de la vie et à leur simplicité.

Significations

Le titre du film provient d’une des phrases de l’Apocalypse de la Bible : « Lorsque l’Agneau ouvrit le septième sceau, il se fit dans le ciel un silence d’environ une demi-heure ». Les sept sceaux sont un résumé de ce que l’humanité a vécu : famine, guerre, peste… Et ces sceaux promettent toutes ces catastrophes aux humains mais aussi la prédiction de la fin du monde. Ces sept sceaux sont donc la prophétie de la fin, de l’Apocalypse. Et le septième sceau est le dernier sceau qui permet d’ouvrir et de connaître la vérité et de révéler à tous les secrets de l’Apocalypse.
D’ailleurs, dans le film, plusieurs passages de la Bible et surtout de l’Apocalypse sont cités.

On pourrait ainsi dire que Le Septième Sceau est un film personnel où Bergman se pose les mêmes questions existentielles que le chevalier sur le sens de la vie et sur la quête de Dieu et de son existence. Bergman est Block face à la Mort, demandant la vérité.

Le jeu d’acteurs

Les acteurs réalisent leur performance avec talent, Max von Sydow, que l’on a notamment pu voir dans L’Exorciste ou plus récemment dans Shutter Island est excellent. Bibi Andersson (Mia), Nils Poppe (Jof) et Gunnar Björnstrand (Jöns), même s’ils ont des rôles plus secondaires se révèlent être des personnages très importants. En effet, les deux premiers représentent pour le chevalier la légèreté de la vie et les acteurs sont vraiment très convaincants. Le troisième, qui joue l’écuyer représente quant à lui une certaine idée du néant, donc un certain refus de Dieu et de son existence, ce que Block refuse.
Ainsi, ce trio d’acteurs secondaires représentent des visions de la vie que Block ne peut accepter : les deux premiers se réjouissent d’un rien, le troisième ne croit en rien et est assez pessimiste. Block ne trouve pas sa place entre ses deux « options » et tente donc en vain de questionner la Mort qui ne peut lui donner de réponse car elle se dit « sans secrets ».

Le contraste

Le film oscille toujours entre le Bien et le Mal, entre le personnage de la Mort et du couple de baladins, donc entre la Mort et l’Amour, entre la peste et la frivolité de Mia et Jof
En effet, Le Septième Sceau nous emporte dans une danse macabre, dans la même danse que Block où l’on est sans cesse tiraillé entre le bon et le mauvais, entre les questionnements… Mais la fin ne nous permet pas d’avoir nos réponses tout comme Block n’a pas les réponses auxquelles il voulait accéder avant de mourir. Sa vie et ses rencontres ne lui ont pas permis de trouver la foi et d’avoir accès à la révélation de Dieu, il ne connaît pas la vérité et reste dans sa problématique existentielle.

La scène finale est incroyable, sombre et belle en même temps. Les images présentées sont magnifiques, notamment celles de la partie d’échec au bord de la plage. En voici l’exemple :

Conclusion

Ce film suédois en noir et blanc est donc à voir, juste pour la curiosité (puis si vous avez aimé Last action hero, c’est un plus). Il nous dresse un portrait d’une quête sans fin à laquelle personne n’a de réponse.
J’ajouterai qu’il m’a été délicat de faire cet article pour la simple et bonne raison que j’ai été emportée par l’envie de voir ce film depuis longtemps mais qu’il n’a pas répondu à mes espérances. Je ne dis pas par là qu’il m’a déçue, bien au contraire, mais comme je l’ai précisé, aucune réponse ne nous est donnée et cela est frustrant.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s