Last action hero

Je tiens à vous présenter l’un de mes films préférés (comme presque à chaque fois en fait) et qui tient sa place dans mon cœur depuis que je suis toute petite : Last action hero.

Synopsis :
Danny Madigan, enfant de 11 ans, a l’habitude de sécher l’école pour aller au cinéma. Il est un grand fan de la série des Jack Slater, une saga montrant sorte d’inspecteur Harry, héros de films d’action. Le projectionniste du cinéma est un ami à lui et il lui propose de venir voir Jack Slater IV en avant-première. Pour cette avant-première spéciale, il lui remet un billet magique qui lui a été donné jadis par le grand magicien Harry Houdini. Danny, grâce à la magie du film rentre dans le film Jack Slater IV !

Boudé à sa sortie (échec cuisant), Last action hero a acquis, avec le temps le rang de film culte et toute sa notoriété.

Ce film est un mélange de comédie parodique et de film policier. En effet, ce film est une parodie des grands films policiers américains où le héros est limite surhumain et gagne à tous les coups. Arnold Schwarzenegger s’auto-parodie donc dans Last action hero et c’est très plaisant !
En effet, la mise en abyme de cette œuvre (puisqu’on est dans le film on est dans un film) permet une magnifique parodie de ce genre de films et en montre tous les clichés et toutes les facilités. La parodie montre alors une critique des films d’actions et des rôles vraiment hors-normes que Schwarzenegger a l’habitude de jouer. Cette mise en abyme permet donc de croiser la vie réelle avec le film.

Dans la première partie du film, celle où Danny entre dans le film, tout est stéréotypé, et Danny le rappelle un bon nombre de fois (« c’est pas un peu trop téléphoné là ? ») et essaye de faire comprendre à Jack à quel point son univers est cliché (que des belles filles dans les rues, les numéros de téléphone commencent tous pas 555, il fait toujours beau…). Mais ne vous inquiétez pas, c’est fait exprès.
On a donc droit (liste non exhaustive) à : un chef policier qui hurle à chaque fois qu’il parle, le flic pourri, l’éternel héros qui cite même « Je reviendrai »…
De même, Danny, vu qu’il est rentré dans le film est un personnage du film et s’en rend compte : il devient non seulement l’ami du héros, mais le clown du service, le personnage qui fait rire tout le monde par ses répliques et surtout, les situations dans lesquelles il se trouve. Il devient lui-même un cliché des films d’action : il est le personnage drôle, celui qui apporte l’humour à Jack Slater IV.

Dans la deuxième partie, c’est notre monde qui est mis en valeur. Car le héros, Slater va devoir rentrer dans la vie réelle (celle de Danny) pour poursuivre le méchant du film Benedict, qui a réussi, grâce au billet de Danny à s’échapper de la fiction. Sauf que là, le problème, c’est qu’il n’est plus du tout invincible et il se rend compte que sa vie n’a été que mensonge : tous les malheurs qui lui sont arrivés, ainsi que tous les bonheurs n’ont été faits que pour un film. Il se rend donc compte qu’il n’existe pas. Nous faisons donc face à une bonne description de notre monde : sombre, injuste, même le temps est pluvieux… Le méchant dit même « Il n’y a que dans un monde comme celui-ci où les méchants peuvent enfin gagner » et personne ne pourra le contredire…

Benedict, le méchant de l’histoire, tient, dans la vie réelle à sortir tous les méchants des films pour créer le véritable chaos (grâce au billet magique de Danny) : Dracula, King Kong, Freddy Kruger, Adolf Hitler et même Hannibal Lecter… Nous montrant une belle poignée de références cultes du cinéma.
Mais la référence que je préfère, dans Last action hero, c’est celle du Septième SceauLa Mort sort du film pour voir la vie réelle « par curiosité ».

Les plus : un joli défilé de caméos (Van Damme, Sharon Stone…), des références au cinéma superbes, une bande originale qui défonce (AC/DC, Aerosmith…), une parodie de Hamlet, des répliques complètement géniales…

D’ailleurs, quelques répliques bien sympathiques :
Danny : J’ai gerbé, désolé. J’ai cru que j’allais mourir…
Jack Slater : Navré de te décevoir, mais tu n’échapperas pas aux délices qui donnent à la vie toute sa saveur : l’acné, l’éjaculation précoce, le rasage, et ton premier divorce.

Danny : Tu te trouves drôle hein.
Jack Slater : Oui extrêmement, ne suis-je pas le célèbre comique Arnold Albertschweitzer ?
Danny : Shwarzennegger.
Jack Slater : A tes souhaits !

Jack Slater : Pourquoi est-ce que je perds mon temps à discuter avec un branquignole dans ton genre, alors que je pourrais faire des choses beaucoup plus risquées, comme ranger mes chaussettes par exemple…

En résumé : un film multi-facettes qui ne nous laisse aucun répit, une magnifique hallucination et un bonheur pour les yeux et les oreilles.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s